REMINUS RADIEUX de Antoine Volodine


Editeur :
Chronique rédigée par

Dans un temps post-apocalyptique, après l’irradiation complète de la Sibérie et l’écroulement de la Deuxième Union Soviétique, la région est devenue à jamais inhabitable à cause des accidents nucléaires. Des déserteurs s’y réfugient, ne sachant plus s’ils sont vivants ou morts. L’un d’eux part en enquête de secours, et arrive à Terminus Radieux, un kolkhoze dont la pile atomique s’est enfoncée sous terre. Il y rencontre Solovei, qui règne sur le village et abuse de ses pouvoirs chamaniques, Mémé Oudgoul qui l’assiste, et les trois filles de Solovei, aussi belles qu’étranges.

Cet ouvrage vient d’obtenir le Prix Médicis. L’auteur est présenté comme l’initiateur du courant Post-Exotique qui se réclame du réalisme magique et d’une littérature internationaliste et engagée où se croisent onirisme et politique…Ouai. Je l’ai surtout trouvé pénible à lire, sans intérêt, trop décousu, et me suis arrêtée au premier tiers. Le côté onirique passerait mieux en roman graphique/bd, mais en version romanesque on ne comprend rien, et pire : on s’ennuie. Ceci n’est pas de la littérature mais de la masturbation intellectuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *