LE JOUR OU NINA SIMONE A CESSE DE CHANTER de Darine Al-Joundi & Mohamed Kacimi


Editeur :
Chronique rédigée par

  
Comment grandir, se construire, s’épanouir dans un pays en guerre ? Quel est le prix de la liberté (sexuelle, politique, sociale, religieuse…) quand on est une jeune femme dans un pays déchiré,
écartelé par les religions ?  Darina Al-Joundi nous raconte son histoire, l’histoire du Liban.
Cela commence comme une belle histoire d’amour, l’amour d’un pays, beau malgré la guerre, l’amour d’un père, journaliste et écrivain libre penseur, pour ses filles qu’il élève en leur apprenant
que la liberté n’est pas négociable. La guerre, la violence, l’intolérance vont fracasser ce rêve, fracassant la jeune femme du même coup. Cela se poursuit comme une histoire douloureuse de refus et de défi jusqu’à la folie. Le sexe, l’alcool, la  drogue pour refuser les règles sociales et religieuses et défier une société qui n’aura de cesse de soumettre l’insoumise. Cela ne se termine pas comme un conte de fées ; il y aura la mort du père, l’internement de force, la solitude infinie, et puis la vie à nouveau mais aussi l’exil car la liberté a bien un prix.
Tendresse, violence, folie… l’intensité des sentiments de la narratrice, son refus de vivre à moitié, de faire des concessions, l’honnêteté brute de son récit, tout cela met le lecteur KO et le touche au cœur.

Partager l’article !
 
LE JOUR OU NINA SIMONE A CESSE DE CHANTER de Darine Al-Joundi & Mohamed Kacimi:
Ed: Actes Sud        par Léna

C …