LE PROMENEUR DE LA PRESQU’ILE de Jean Luc Nativelle


Editeur :
Chronique rédigée par

Prix des lecteurs du Télégramme . 2014

Antoine Desprez fait sa promenade quotidienne , mais cette fois-ci « à l’envers », dans les rues du village finistérien où il vit depuis 25 ans. Il est veuf, et nous sentons que quelque chose d’autre, et de grave s’est produit, qui ne sera révélé qu’à la fin. Dans chaque maison devant lesquelles il passe, des voisins, témoins ou acteurs dans sa vie, deviennent narrateurs à leur tour, interrompent la lecture du monologue d’Antoine et complètent pour nous les images du passé  de celui-ci .

Un texte sans pathos mais émotionnellement fort pourtant. Un récit sur l’absence et le rôle que jouent les autres sur le personnage.

Une écriture magnifique, poétique . Une construction rigoureuse du récit qui n’est pas aussi sans faire référence à « La forme d’une ville » de Julien Gracq

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *