LE GRAND JEU de Cécile Minard


Editeur :
Chronique rédigée par
Installée dans un refuge high tech accroché à la paroi d’un massif montagneux, une femme s’isole pour faire l’expérience de la solitude dans des conditions extrêmes, et tenter de répondre à la question: Comment vivre?
Elle a tout prévu pour sa thébaïde. Sauf la présence d’une ermite qui va bousculer ses plans…
Un roman existentiel qui reste en tête une fois refermé. Ecrit sous la forme d’ un journal de bord, les descriptions analytiques de la scientifique qui s’observe en cobaye, regard tourné vers l’intérieur, deviennent questions métaphysiques à mesure qu’elle apprivoise son environnement extérieur. La chercheuse cède la place à la philosophe, puis avec la rencontre de Dongbin l’ermite, la philosophe se mue en âme éveillée au monde.
Introspectif, poétique, cet ouvrage dont certains chapitres sont entièrement composés de questions n’est sans doute pas grand public, mais à lire absolument pour la profondeur des réflexions qu’il ouvre. Pour ceux qui ont aimé « Vendredi ou les limbes du Pacifique » (Michel Tournier).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *