L’AUTRE FILLE de Annie Ernaux



 

Ed: Nil Editions      par Sylvie

41iB6yZtBxL._SL500_AA300_.jpg

La collection Les Affranchis demande à ses auteurs d’écrire la lettre qu’ils n’ont jamais écrite.

Cette lettre, Annie Ernaux la destine à une morte qu’elle n’a pas connue. Il s’agit de sa sœur Ginette, décédée de la diphtérie à l’âge de six ans, « le
Jeudi-Saint 1938
 ». « Née pour la remplacer », Annie Ernaux n’apprendra l’existence de cette sœur qu’à l’âge de dix ans, en surprenant une conversation entre sa mère
et une cliente de l’épicerie familiale. Parmi les paroles retenues, cette phrase terrible à propos de Ginette : « Elle était plus gentille que celle-là ». Tout le long de cette lettre à
l’écriture clinique et dépouillée, Annie Ernaux tente de donner corps à l’absente en fouillant dans les moindres détails, les photos et les témoignages trop rares de sa courte vie. Dans le même
temps, elle s’interroge sur cette loi du silence instaurée par ses parents puis entretenue par elle au sujet de cette « petite sainte » dont elle a pris la place sans jamais réussir à
la détrôner.

Poussant l’introspection comme elle sait le faire, sans pathos ni concession, elle s’interroge enfin sur les raisons qui l’ont amenée à écrire une lettre qui
n’atteindra jamais sa destinataire.