TOUTE LA LUMIERE QUE NOUS NE POUVONS VOIR de Anthony Doerr


Editeur :
Chronique rédigée par

Prix Pulitzer, encensé par la presse américaine, vendu à plus de 1000 exemplaire dit-on en 3 jours à Etonnants Voyageurs (une large partie de l’action se déroule à Saint-Malo ), ce roman qui entremêle les destins d’un jeune soldat allemand et d’une jeune aveugle parisienne réfugiée à Saint-Malo, est rigoureusement construit.

Des chapitres très brefs, qui raccourcissent encore quand monte la tension, un va-et-vient entre les différents personnages, des flash-backs, une construction (trop ?) méthodique, plus cinématographique que littéraire.

L’écriture ne m’a pas nécessairement bouleversé, mais l’ensemble fonctionne bien et, derrière la nostalgie, il reste l’amour de la vie…

Sylvie aussi l’a lu

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *