PURGE de Sofi Oksanen


Editeur :
Chronique rédigée par

Par LM de Troyes

Aliide Truu, vivant dans une ferme reculée d’Estonie, découvre, un matin, sur le pas de sa porte, une jeune fille bien mal en point. Après maintes hésitations, Aliide décide de recueillir Zara
chez elle. Les deux femmes, toujours sur le qui vive et témoignant d’une extrême méfiance l’une envers l’autre, paraissent dissimuler des secrets lourds à porter, des pans sombres et peu
avouables de leur passé. Allide et Zara, que tout oppose hormis peut-être la violence dont elles ont été victimes, semblent également unies par un lien indéfectible et mystérieux…
Ce sont finalement ces deux destins croisés que le roman va peu à peu dévoiler par le biais d’une construction efficace et originale, non dénuée de suspense, faite d’allers-retours incessants
dans le temps et entre ces deux personnages. A travers les vies de ces deux femmes, c’est aussi l’histoire complexe et peu connue de l’Estonie des années 1930 à 1990 qui nous est contée.
Comme beaucoup d’écrivains scandinaves, Sofi Oksanen témoigne d’une grande finesse psychologique, dès qu’il s’agit de décrire les émotions, les sentiments, les états d’âmes, mêmes les plus
obscurs et insondables, de ses personnages. L’écriture d’Oksanen est par ailleurs remarquable de poésie, de finesse et de justesse.
Un livre magnifique mêlant, avec talent, des destins individuels touchants à la grande histoire politique du XX° siècle. Un prix Femina bien mérité!
par Nadine

Un livre effectivement prenant, sur les « destins bâillonnés » (dixit  S.Oksanen) , sur les non-dits, les secrets de ces deux personnages, et la distillation progressive des informations. Sur
la période stalinienne, elle a des maîtres peut-être encore plus forts qu’elle (cf. La saga moscovite » de Axionov ou certains livres de kundera) mais elle entremêle avec virtuosité , ce qui se
passe à l’est et ce qui se passe à l’Ouest.

 
par Anne Laure

J’ai, moi aussi, apprécié ce livre d’une écriture poignante, forte, troublante même. J’ai été obligée d’arrêter la lecture pendant quelques semaines tellement je me sentais étouffée. Mais c’est
certainement ce que ressentais ces femmes pendant ces périodes troubles.

Partager l’article !
 
PURGE de Sofi Oksanen:
Ed: Stock                   par LM de Troyes