LES CORRECTIONS de Jonathan Franzen


Editeur :
Chronique rédigée par

Trad:R.Lambrechts

« Famille je vous hais ! » version Middle West, Middle Class ? C’est l’impression première ressentie en pénétrant dans ce vaste roman où Jonathan FRANZEN dissèque avec férocité et truculence les
cinq membres de la famille Lambert, le père la mère, deux fils et une fille. Pourtant, il ne donne pas dans le travers des « brillants » satiristes ravis de dégommer des caricatures, avec d’autant plus de facilités qu’ils les ont entièrement fabriquées. Parce qu’insidieusement, subtilement, le registre change ou plus exactement se dédouble. Comme si l’auteur donnait acte à une sourde protestation de ses personnages : « Cesse de nous malmener comme des pantins ! Nous sommes aussi, malgré tout, des être humains… ».
Ce roman comporte nombre de passages d’anthologie, comme par exemple le « l’invasion des étrons » (pages 348-355) qui donne envie de s’écrier : comme un vol d’étrons hors du merdier natal !
Je me suis longuement interrogé sur le titre. En français, la polysémie du mot « correction » est déroutante puisqu’il peut signifier, tout aussi bien : bienséance, modification, punition… En anglais, seules les deux dernières acceptions tiennent. Ainsi, les corpuscules romanesques, par collisions entre elles ou par choc contre les parois rugueuses du monde, se voient sans cesse obligés de procéder à des corrections de trajectoires lesquelles ne sont en rien indolores…

Partager l’article !
 
LES CORRECTIONS de Jonathan Franzen:
Ed: Points       Trad:R.Lambrechts        & …