D’AILLEURS LES POISSONS N’ONT PAS DE PIEDS DE Jon Kalman Stefansson


Editeur :
Chronique rédigée par

Trad : E.Boury

L’islande et la littérature islandaise ont la réputation d’être en général sombres. Et Keflavik a la réputation d’être le lieu le plus sombre de l’Islande.

Lorsqu’Ari rentre au pays, il ignore encore qu’il va revivre la mémoire familiale de trois générations, avec ses nostalgies, ses joies et ses peines, ses drames, ses amours et ses oublis.

« Le plus douloureux dans la vie et sans doute de n’avoir pas assez aimé » écrit Stéfansson à la dernière page de ce roman magistralement écrit, avec une sensibilité et une poésie qui remuent le lecteur.

 

Fanch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *