CATARACT CITY de Craig Davidson


Editeur :
Chronique rédigée par

Trad : JL. Piningre

Duncan et Owen ont grandi à Niagara Falls, surnommée par ses habitants Cataract City, une petite ville à la frontière américano-canadienne. Ils se sont promis de quitter ce lieu où les seuls choix possibles sont de travailler dans l’usine de biscuits de la ville, ou de vivoter de paris et petits trafics. Duncan et Owen ne sont pas égaux face au destin : le premier renonce à une brillante carrière de basketteur suite à un accident, et s’engage dans la police, le second collectionne les mauvaises fréquentations. Inséparables durant l’enfance, une fois adultes l’un provoque pourtant l’arrestation de l’autre.
Une écriture très visuelle pour ce roman « viril » sur fond de bagarres, combats de boxe et de pit-bulls, de courses de lévrier, de paris miteux et de nature sauvage. Le chapitre sur l’errance des deux enfants dans la forêt suite à une étrange soirée avec leur idole de catch est une réussite, et la violence décrite dans le détail fait autant mal au lecteur qu’aux personnages.
Un bémol cependant sur les retours dans le temps parfois compliqués à suivre, et quelques longueurs. Lecture agréable, mais plus formatée pour le cinéma que réellement littéraire. L’auteur espère-t-il réitérer l’expérience « De rouille et d’os » adapté par le réalisateur Jacques Audiard en 2011 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *