CADIX OU LA DIAGONALE DU FOU de Arturo Pérez-Reverte



Ed:Seuil     Trad:F.Maspero        par   Kayenne

51VvpRjmvkL._SL500_AA300_.jpg

Plaisant ,mais pas le meilleur de cet auteur que j’aime beaucoup par ailleurs (la reine du sud ,la peau du tambour..)

On est plongé pendant le siège de Cadix par les armées napoléoniennes ,dans une intrigue policière ,accompagné par un policier véreux et violent.

L’ambiance est très réussie mais le suspens n’y est pas pour soutenir ce long roman de 762 pages.Trop de personnages à mon goût ce qui dilue une histoire très plaisante par ailleurs ;l’aspect
historique et maritime est certainement très juste mais 100 pages de moins aurait donné davantage d’intensité au récit.

 

                                                 
                    par Dominique 

1810, Cadix est assiègée par les troupes napoleoniennes, un meutrier sadique tue des jeunes filles a proximité du lieu de chute des bombes françaises. Un
policier brutal est obsédé par ces meurtres et échange a leur propos avec son partenaire aux échecs car ceux ci semblent dessiner sur ma ville une carte mystérieuse. Ceci est la face thriller du
roman de Pérez Reverte, mais il y a une face romanesque a travers les personnages d’une jeune femme de tête et d’un capitaine corsaire, une face historique en la personne d’un officier français
avec une étude précise -un peu austère pour moi – de l’artillerie et de ses progrès au début du XIX siècle.Un taxidermiste mysanthrope, un saunier au coeur tendre, … .

Une fresque passionante même si j’ai envie de dire que c’est un livre mathématique qui me laisse un peu sur le quai.