L’HOMME QUI MARCHE de Jirô Taniguchi



 Ed:Casterman/Ecritures                      par Fanch

 
419VPYC087L._SL500_AA300_.jpg

Quitte à relire les classiques de Taniguchi, je me suis plongé dans ce manga unique en son genre. Peu de personnages, peu d’action, pas de couleurs dans ce monde un peu gris, un peu froid du
quotidien du Japon urbain.

Une  ville minérale dans laquelle on retrouve le bonheur de la nature, des oiseaux, les joies simples des petits détails de la vie de tous les jours. De la banalité, de la routine d’une vie
rangée, peuvent quand même émerger la richesse des moments passagers de la vie personnelle. Un souci obsessionnel du détail, un partage de l’intimité du personnage, quel talent !