LE BATEAU USINE de Takiji Kobayshi


Editeur :
Chronique rédigée par

Un texte de 1929, considéré comme un chef-d’œuvre de la littérature « prolétarienne », c’est-à-dire a priori très chiant. Mais un texte écrit par un grand auteur japonais engagé, mort sous la
torture en 1933, et qui a expérimenté une écriture unique..
A bord d’un bateau-usine déglingué, sous les coups de terribles garde-chiourmes, des prolos japonais poussés par la misère vont pêcher le crabe arctique en mer d’Okhostk, le long des côtes
soviétiques, dans des conditions épouvantables. Froid terrible, rythme de travail implacable, conditions de vie à bord sordides, les hommes sont épuisés, l’encadrement est sans pitié. Victimes du système capitaliste dans toute son horreur, ils vont finir par se révolter, et seule l’unité leur permettra de faire face à leur sort.
Métaphore de l’exploitation économique et sociale, ce roman trouve un regain d’intérêt actuel dans le contexte du système libéral triomphant qui crée des conditions sociales parfois accablantes.
Mais surtout, l’écriture est forte, et les procédés littéraires originaux : c’est un scénario de film où les scènes se succèdent et s’enchaînent sans qu’aucun individu n’ait jamais la vedette.
C’est le groupe qui est en scène, et c’est lui qui doit permettre aux individus de se sortir de la malédiction dans laquelle ils ont plongé…
Un regret, une fois de plus : les termes marins sont inconnus de la traductrice et, faute de révision, sont mal traduits…Quel dommage !

Ce roman a été mis en manga.

 

Partager l’article !
 
LE BATEAU USINE de Takiji Kobayshi:
Ed: Yago        par Fanch

 

Un texte d …