LE VOYAGE DU BRENDAN de Tim Séverin


Editeur :
Chronique rédigée par

Traverser l’Atlantique Nord sur un canot en cuir non ponté à quatre ou cinq marins : c’est là –pardonnez du peu –  le challenge que se fixe dans les années 1970 Tim Severin, un Britannique né en Inde en 1940, et qui a expérimenté d’autres voyages légendaires, tels que ceux de Marco Polo, de Sinbad ou d’Ulysse… En partant en curragh sur les traces d’un moine irlandais du VIème siècle, Brendan, il s’inscrit dans la digne tradition de Thor Heyerdahl et de son Kon-Tiki .

 L’originalité de sa démarche réside dans son approche du Navigatio, le texte de Saint Brendan, pris non pas comme une hagiographie symbolique, mais au pied de la lettre en privilégiant les explications rationnelles : Tim Severin identifie les lieux mentionnés, démontre la logique de la route suivie en saison d’été, celle des « pierres de gué » qui, par étapes va mener d’Irlande à l’Islande via les Hébrides et les Feroe, puis dans une deuxième étape longue de 7 semaines, jusqu’à Terre-Neuve.

L’expédition est préparée en privilégiant les savoirs et techniques ancestraux pour la construction du canot de bois et de cuir traité à l’écorce de chêne puis au suint de mouton. Au large, les marins voient les matériels modernes composites les lâcher, tandis qu’ils procèdent à des réparations avec des matériaux traditionnels, et font appel à des vêtements naturels et des aliments des plus classiques. Seule vraie concession au modernisme, la radio et son alimentation électrique, qui permet de garder un contact avec l’humanité, et de sentir la solidarité des gens de mer.

Cinq puis quatre marins, de solides gaillards aux fortes personnalités, à commencer par Tim Severin ou le Féroen Trondur, se lancent dans un pari épique, une navigation plus qu’improbable, visant à démontrer que 900 ans avant Colomb, des ermites irlandais avaient pu rejoindre l’Amérique. Affrontant tempêtes furieuses, déferlantes monstrueuses, icebergs et growlers, armés de leur seule volonté et d’un sens de l’humour sans doute un peu décalé, ils réussissent cet exploit nautique et humain démesuré.

Les éditions Hoëbeke ont eu l’excellente idée de rééditer ce texte devenu introuvable, et Tim Severin sera présent pour l’occasion au festival Étonnants Voyageurs de mai prochain à Saint-Malo : à ne pas manquer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *