BEREZINA de Sylvain Tesson


Editeur :
Chronique rédigée par

Sylvain Tesson refait à moto (side car soviétique « Oural ») le parcours de la retraite de Russie de 1812. C’est l’occasion de porter atteinte aux images d’Épinal qui accompagnent cette page d’histoire (la Bérézina est une victoire pour les Français…) et l’image d’un Napoléon plus complexe, de parcourir les écrits de Caulaincourt (son journal de campagne), de peaufiner le regard qu’il porte sur le peuple russe (2 russes et 2 Français russophiles l’accompagnent) et d’évoquer les épisodes parfois burlesques de ce singulier voyage.

Certes, ce récit n’a pas pour moi, la richesse de « Dans les Forêts de Sibérie », mais il manifeste encore sa passion pour un peuple ainsi que pour la recherche des traces du passé.

Tout cela dans une langue magnifique. Tesson a un sens aigu de la formule et de l’analyse .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *