L’AME CHEVILLEE AU CORPS de Eve Lerner


Editeur :
Chronique rédigée par

Poète, l’auteure livre son premier texte en prose, consacré au vocabulaire imagé qu’utilisait son milieu familial –en particulier sa mère –  d’origine à la fois ouvrière et cultivée.

Elle livre ainsi ses souvenirs d’une langue originale, faite d’expressions souvent oubliées, qu’elle commente au fil des pages.

Sans doute ai-je entendu dans mon enfance un grand nombre de ces formules, bien que n’étant pas issu d’une famille ouvrière, car j’ai trouvé que l’ensemble manque d’originalité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *