COSMOGRAPHIE UNIVERSELLE SELON LES NAVIGATEURS TANT ANCIENS QUE MODERNES PAR GUILLAUME LE TESTU presentation de Franck Lestringant


Editeur :
Chronique rédigée par

J’ai toujours trouvé fascinants les portulans, ces cartes manuscrites enluminées qui sont emblématiques de l’état des connaissances et de la pensée à la Renaissance : et parmi ces perles de la cartographie, la Cosmographie universelle de Guillaume Le Testu est un joyau unique. Ce pilote du Havre, qui a navigué au Brésil et fut un compagnon de Francis Drake, a réuni 56 cartes en un recueil offert en 1556 à l’amiral de France Gaspard de Coligny, et qui vise à représenter la totalité de notre monde.

Cette compilation des savoirs issus de l’antiquité, du moyen-âge, et des plus récentes découvertes, allie la précision et l’imaginaire, la science et l’art, l’archaïsme et le modernisme, au service d’une volonté politique de domination des océans.

L’Amérique récemment découverte est déjà assez précisément représentée, tandis que l’hypothétique et immense terre australe –dont la nécessité théorique s’impose en contrepoids aux continents connus – reliant « la Grande Java » à la Terre de Feu est représentée de façon toute aussi précise bien que totalement imaginaire.

Les enluminures richement colorées représentent des armées en grand uniforme, des peuplades guerrières, des forêts et des camps, des fortifications et des armoiries, ainsi que de multiples bêtes marines et terrestres, parfois effrayantes, poissons volants, baleines, monstres inconnus, et des races monstrueuses, les sciapodes au pied unique et géant sous lequel ils s’abritent du soleil, les cynocéphales aux horribles têtes, les cyclopes, les blemmies dont le visage est au milieu du ventre, les panoties aux oreilles si longues qu’ils s’en enveloppent pour dormir…

Mais n’allez pas croire que tout cela soit plaisanterie facile : dans sa présentation brillante, Frank Lestringant replace cette somme dans le contexte historique, humain et politique de l’époque, dont il explique les enjeux.

Flânant au hasard des côtes, des continents et des océans, le regard du lecteur est attiré par les couleurs somptueuses et par une foultitude de détails plus étonnants les uns que les autres, propices à la rêverie de voyages vers l’ailleurs…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *