CORTO MALTESE: SOUS LE SOLEIL DE MINUIT de Juan Diaz Canales & Ruben Pellejo


Editeur :
Chronique rédigée par

Quelle gageure, à 20 ans d’intervalle, de chausser les souliers d’Hugo Pratt pour faire revivre Corto Maltese pour une 13ème aventure, annoncée à grand renfort de son et de trompe médiatiques !

On attendait les successeurs au virage, ils ont peaufiné leur album, le résultat est saisissant : on est parfaitement à l’aise dans les codes du maître Hugo Pratt, on retrouve son talent, ses logiques, le charme du personnage principal, la familiarité de son entourage (Raspoutine, Jack London, et bien sûr des femmes…).

Le scénario est riche, sans doute trop riche, il aurait sans doute justifié deux tomes et l’on se perd parfois dans la multiplicité des thèmes et références, et les couleurs m’ont semblé parfois un peu fades.

Mais quand il s’agit de Corto Maltese, la part des souvenirs et des rêves est si exigeante qu’il ne faut pas tomber dans le purisme excessif….

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *