COMMUNARDES. LES ELEPHANTS ROUGES de Wilfrid Lupano & Lucy Mazel


Editeur :
Chronique rédigée par

Quelle belle idée du talentueux scénariste, Wilfrid Lupano, de consacrer une série BD aux femmes de la Commune de Paris. Dans ce premier tome, Les éléphants rouges, il s’associe à la prometteuse Lucy Mazel au dessin et c’est une réussite !
Le récit se déroule à Paris en 1870. Assiégée par les troupes prussiennes, la capitale est en proie à la pénurie. L’hiver est un véritable cauchemar pour les parisiens affamés et congelés. Parmi eux, Victorine, petite fille de 11 ans, et sa mère qui tente de s’en sortir. Cette dernière, éprise de liberté, fait partie des femmes mobilisées qui se réunissent en association ou club pour faire entendre leur volonté d’accéder à la citoyenneté et l’égalité. La fillette quant à elle passe sont temps entre Castor et Pollux, les éléphants du jardin des plantes, et la bande à Pamphyle, des gamins chapardeurs qui s’occupent comme ils peuvent. Obligées par leur logeur à quitter leur chambre, elles emménagent dans une riche maison abandonnée. C’est là, au milieu des livres laissés par les propriétaires, que Victorine va imaginer un plan grandiose pour sauver Paris…
Pure fiction, ce premier tome de Communardes n’en reste pas moins très bien documenté et le contexte historique respecté. En plaçant cette fillette et sa mère au cœur du chaos qui régnait à Paris cet hiver-là, Lupano signe un scénario astucieux et bien construit. L’imagination enfantine de Victorine apporte de la douceur tandis sa mère incarne le courage de Parisiennes qui, au milieu des morts et de la misère, se battent à la fois pour résister à l’ennemi et pour leurs idéaux. Le dessin de Lucy Mazel est au diapason, chaleureux et enchanteur pour illustré la vie et les rêves de la jeune héroïne, tout en soulignant l’âpreté du Paris où elle évolue. Une histoire belle, tendre, très bien menée et superbement illustrée sur un sujet souvent méconnu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *