QUE LA BETE FLEURISSE de Donatien Mary


Editeur :
Chronique rédigée par

Le thème très classique des baleiniers, avec les semaines et les mois au large sans prise où l’ennui ronge les hommes, puis l’abondance des cétacés et les prouesses d’un mystérieux harponneur graveur de dents de cachalot, Stubb au visage totalement fermé.. Les présages sinistres se multiplient et la tension monte à bord… La technique de la gravure utilisée par l’auteur ne parvient pas à faire oublier l’irréalisme des représentations du navire (dont les cales immenses ressemblent aux caves d’un château) aussi bien que des gestes de travail.

N’est pas Chabouté qui veut…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *