Archives mensuelles : octobre 2013

CANICULE de Vautrin par Baru

Canicule de Jean Vautrin : un polar noir à souhait, mettant en scène des personnage déglingués sous un soleil de plomb, dans une campagne sans aucun charme, et dans une montée inexorable de violences conjuguées. Baru s’est emparé du sujet, l’a parfaitement adapté, scénario solide, dialogues au couteau, dessin incisif qui force le trait des affreux [Lire la suite…]

LE REDUCTEUR DE VITESSE de Blain

Si certains pouvaient encore douter de l’immense talent de Christophe Blain, cet album leur ôterait leurs dernières réticences : un grand moment de plaisir. Le sujet n’est pourtant pas folichon : un appelé effectue sur service militaire sur un navire de guerre, le « Belliqueux »… Mais voici soudain que les proportions du navire se distendent, que le gigantisme [Lire la suite…]

UNE METAMORPHOSE IRANIENNE de Mana Neyestani

Un dessinateur de presse iranien se retrouve piégé dans le monde kafkayen de la répression par le régime dictatorial : arrestation, prison, procès bidon, fuite et exil, de Dubaï à Paris, monde des passeurs…. Simplement, il s’agit ici d’une histoire vécue. Mana Neyestani témoigne de l’aventure qu’il a vécue, et qui débute par un quiproquo né [Lire la suite…]

CENDRES de Alvaro Ortiz

Jeune auteur espagnol, Alvaro Ortiz nous propose un road-movie autour du voyage de trois anciens potes pour répondre aux dernières volontés d’un copain. Un scénario qui ajoute un singe de cirque, un dealer en cavale, des bandits en filature, des flashbacks sur la vie des personnages, et une histoire de la crémation, l’ensemble ne manque [Lire la suite…]

PUBLICITE MEURTRIERE de Petros Markaris

Le commissaire Kostas Charitos se trouve impliqué très directement dans une affaire d’enlèvement d’otages sur un ferry, puis doit prendre en charge le dossier d’un tueur en série qui s’attaque au monde de la pub, particulièrement sensible puisque le monde de la radio et de la télévision sont directement visés… Les deux affaires sont-elles liées ? [Lire la suite…]

AU REVOIR LA-HAUT de Pierre Lemaitre

PRIX GONCOURT 2013 C’est insoutenable dès les premiers chapitres, et pourtant j’ai lu jusqu’au bout des 560 pages ! La putréfaction envahit tout, même la pièce de lecture. La cruauté n’a pas de limites, ni l’abjection du commerce des morts, ni l’indéfectible amitié d’Albert pour son copain Édouard. La description de la « gueule cassée » de ce [Lire la suite…]