Bienvenue sur le blog Delavareuse !

Bienvenue sur le blog Delavareuse ! Retrouvez en page d’accueil le texte intégral des cinq dernières chroniques, visitez la page « Nos chroniques » pour accéder à toutes nos critiques. Vous pouvez également faire une recherche par mot-clé, titre, auteur, ou éditeur… Bonne lecture !

Les cinq dernières chroniques

LE QUART de Nikos Kavvadias

le quart
Editeur :
Chronique rédigée par

Trad : M.Saunier

Né en Manchourie en 1910, disparu en 1975, Nikos Kavvadias est un grand poète populaire en Grèce, notamment pour ses textes de chansons. Son unique roman, publié en 1954 est très sombre, parfois teinté d’humour, un vrai chef d’œuvre. Kavvadias, tout comme Conrad, est marin, il navigue et sait de quoi il parle. Il porte ainsi la parole de gens réputés taiseux. Son écriture sent le large, les embruns, mais aussi la rouille, les fonds du navire à bout de souffle, la crasse et l’alcool ; elle décrit des marins blasés, mélancoliques, en manque de femmes, en attente d’escales et de bordels, elle désigne l’absence, l’absurdité du quotidien, la puissance de l’océan. Il s’agit ici d’un roman de passeur, l’auteur était lui-même radio à bord, celui qui établit le contact avec le monde extérieur ; il évoque le quart, un moment de veille, de regard porté sur l’extérieur, mais aussi d’échange de confidences. Un très grand classique de la littérature maritime.

BOIRE ET DEBOIRES EN TERRE D’ABSTINENCE de Lawrence Osborne

boire et deboires eb terre d'abstinence
Editeur :
Chronique rédigée par

Le voyage ahurissant d’un écrivain-voyageur qui, quoi qu’il arrive sera assis devant l’apéritif à 18 h 10, à Beyrouth, New York, Islamabad, en Malaisie ou en Ecosse ; la confrontation entre l’alcoolique et les abstinents obsessionnels, entre le plaisir et l’interdit… un livre déroutant, parfois sombre, voire désespéré, un humour très britannique, une plume très élégante. Un vrai voyage.

LE SILENCE DES BOMBES de Jason Hewitt

le silence des bombes
Editeur :
Chronique rédigée par

En juillet 1940, la jeune Lydia, 11 ans, s’enfuit de l’endroit où on l’hébergeait pour rejoindre sa maison dans le Sufolk dans l’espoir de retrouver sa famille. Mais tout est désert, elle est seule. Arrive alors un homme en uniforme anglais, qui est en réalité un soldat allemand infiltré. L’homme est étonnamment bien renseigné sur sa vie, mais la cohabitation forcée finira par révéler certaines vérités à Lydia.

J’ai aimé la façon de p’évoquer la guerre sans scènes violentes, mais par la prise de conscience douloureuse du soldat quant à l’inanité de ses motivations, ou par l’évocation du petit Button,enfant juif recueilli par la famille de Lydia. Et le huis clos dans la maison aux fenêtres fermées est réussi, avec l’enfant contrainte de subir la présence et les lois de l’homme plus fort qu’elle, ses tentatives de rébellion et leur apprivoisement mutuel.

Le roman d’une double initiation, celle du soldat qui redevient homme, et celle de l’enfant qui apprend à grandir, touchant et attachant.

UN AUTRE MONDE de Michka Assayas

un autre monde
Editeur :
Chronique rédigée par

Récit autobiographique du critique rock Michka Assayas. Il évoque son rapport à la musique, et surtout sa relation  agitée avec Antoine, son fils de seize ans.

Après la période idyllique de la petite enfance, l’adolescence a mis fin à leur complicité père-fils. Michka Assayas est aussi un musicien complexé, qui tourne autour du pot depuis longtemps sans oser se jeter dans le bain de la pratique. Lui vient alors l’idée de créer un groupe afin d’y inclure Antoine, excellent batteur. Lui-même est un piètre musicien, ce qui instaure un autre type de rapport avec son fils.

Très sympathique lecture malgré l’absence de structure narrative. Il s’agit plus d’une tranche de vie racontée avec sincérité, et c’est ce qui fait le charme du livre. La relation père-fils durant ce moment compliqué qu’est l’adolescence y est exposée dans toute sa vérité, en toute simplicité.  Devant ce fils qui vole sa famille, sèche les cours, conduit sans permis, il est un père qui s’imaginait ferme, et se constate laxiste. Désemparé, ne sachant plus comment gérer son enfant transformé en étranger plein d’arrogance qu’il aime malgré tout, il est le portrait de beaucoup d’entre nous. Sa tentative de retisser le lien par le biais de la musique, sa maladresse assumée, sa capacité à changer de rôle (de « sachant » il devient « élève musicien » de son fils) tout en restant un père responsable rendent le personnage ultra-contemporain, parfait miroir des parents d’aujourd’hui face à leurs ados tous sourires et coups fourrés.

Récit générationnel et rock en fond sonore, à lire pour se rappeler que la musique adoucit les mœurs.

 

GROSSIR LE CIEL de Franck Bouysse

grossir le ciel
Editeur :
Chronique rédigée par

Au fin fond des Cévennes, Gus consacre ses journées de paysans entre deux âges aux travaux des champs, au soins des vaches, aux réparations diverses. Son chien Mars lui tient lieu d’ami, ainsi qu’Abel, le voisin qui partage le même quotidien fermier.

Mais des événements effrayants et inexplicables se produisent, le comportement d’Abel change, et Gus ne sait plus quoi penser…

A lire pour l’ambiance rurale, où la nature exige de l’homme son lot de labeur. Pour le personnage de Gus, taiseux, bourru, sensible, droit dans ses bottes. Et  surtout pour sa relation avec Abel, et la façon dont elle évolue.

Un drame paysan réussi, noir et rugueux comme un sol d’étable.